9 juillet 2020
les jeunes et l'informatique

l’intérêt des jeunes pour l’informatique

Les jeunes ne passent pas leur temps libre (ou pas seulement) à jouer au piano, aux échecs ou aux jeux vidéo. La plupart ont moins de 17 ans et leur passe-temps favori l’informatique est un peu différent de celui des autres enfants de leur âge. C’est devenu un mode de vie et un pari pour l’avenir.

Ces jeunes ont réussi à concrétiser le rêve technologique qui, il y a plus de dix ans, a inspiré la carrière d’un homme de lettres : comme le voulait le pédagogue Pere Ribera, ils ont misé sur le monde du code. Leur décision est le résultat de la détermination d’un professionnel qui, lorsqu’il a découvert les Jeux olympiques internationaux d’informatique, n’a pas hésité à travailler pour que l’Espagne ait les siens et que ses enfants puissent concourir avec ceux des autres pays comme la France.

Les Jeux Olympiques de l’Ordinateur étaient le rêve d’un homme de lettres

Comme l’explique Alemany, les premiers Jeux olympiques d’informatique espagnols organisés en 1997 “ont produit une masse critique de personnes qui ont cru au projet” et qui continuent à le soutenir depuis la mort de son créateur. Alemany lui-même y a participé lorsqu’il était étudiant à l’école, et à l’époque, le système de qualification et de compétition était encore “très rudimentaire”. “Nous avions une semaine pour  mettre en pratique ce que nous avions acquis lors des formations en informatique et résoudre les problèmes (ou créer des programmes), les enregistrer sur une disquette et les envoyer par courrier au concours”, explique-t-il.

Les choses ont beaucoup changé. À 15 ans, Alexander est l’un des garçons qui s’entraînent aujourd’hui pour les Jeux olympiques. Il étudie la quatrième année de l’ESO à Pontevedra, l’année dernière il a obtenu la médaille d’argent dans la compétition et cette année, très probablement, il participera pour la quatrième fois à l’édition qui aura lieu à Barcelone.

Selon Alemany, au-delà du concept de “geeks informatiques” qui hante généralement la tête de beaucoup de gens, les personnages principaux de cette histoire sont des personnes qui sont douées en mathématiques,excel et qui, pour une raison quelconque, sont entrées en contact avec le monde informatique “et ont du talent”.
Beaucoup doivent s’entraîner individuellement et seuls quelques-uns peuvent le faire en classe

Beaucoup doivent s’entraîner individuellement et seuls quelques-uns peuvent le faire en classe

Les Jeux Olympiques sont principalement basés sur la programmation et ses épreuves sont très individuelles. Contrairement à l’époque d’Alemany, maintenant tous les enfants intéressés (du primaire, de l’ESO, du Bachillerato et des cycles de formation informatique) ont à leur disposition tout au long de l’année des études de cas qui peuvent être consultées sur Internet. En outre, les jeunes participent à des compétitions virtuelles qui ne comptent pas pour la qualification aux Jeux olympiques, mais servent à apprendre, à s’entraîner et à se perfectionner.

Au-delà de ces exercices, ceux qui prévoient de participer au concours doivent faire face à une première phase “en ligne”, un tamis national qui se fait de chez eux. En deux tours, les 25 meilleurs participants sont sélectionnés pour s’affronter lors d’une phase finale de quatre ou cinq heures à l’Université polytechnique de Catalogne. Certaines des personnes sélectionnées, cependant, se qualifient directement après avoir remporté d’autres concours locaux. De toutes les équipes, les quatre premiers des Jeux olympiques espagnols d’informatique iront jusqu’à l’événement mondial de cette année en Russie.

Les chemins qui mènent les étudiants espagnols à ce championnat sont très divers.

Alexander a commencé à s’intéresser à la programmation alors qu’il était encore en sixième année, encouragé par son père. Cela fait si longtemps qu’il ne se souvient même pas de ses premiers pas. “J’étais assez petit quand j’ai commencé”, s’excuse-t-il. C’est peut-être pour cette raison, parce que c’est dans ses gènes ou parce qu’il a pratiquement grandi collé à un écran, qu’il aimerait se lancer dans l’informatique quand il sera grand.

Cristina, une Catalane de 16 ans, est l’une des rares filles à se préparer pour cet événement annuel. Malheureusement, les filles sont encore moins encouragées. Comme son partenaire galicien, elle a été initiée au monde de l’informatique alors qu’elle était encore très jeune. “J’ai appris à programmer depuis la sixième année”, dit-elle. Au début, je n’avais qu’à déplacer une petite tortue autour de l’écran. Elle travaille maintenant avec le langage C++, ce qui demande beaucoup plus d’efforts.

Elle ne sait pas si elle sera une professionnelle dans ce domaine, mais elle est sûre que les ordinateurs occuperont toujours une place importante dans sa vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *